"Le cri de la mouette" d'Emmanuelle Laborit

Je me suis laissée tenter par la lecture du parcours d'Emmanuelle Laborit et une nouvelle fois, c'est toute ma conception d'un monde qui en a été chamboulée...

 

        Emmanuelle est née sourde profonde. Elle nous raconte sa vie d'enfant, puis d'adolescente... et enfin son entrée dans le monde adulte. Celle-ci est très prometteuse, puisque la jeune fille se voit recevoir le Molière de la révélation théâtrale pour  l'interprétation d'un rôle dans Les enfants du silence. Une vraie victoire pour elle et pour tous les sourds, une preuve que ceux-ci ne sont pas plus démunis que les entendants face à la vie.

 

        Emmanuelle fait preuve de courage tout au long de sa vie et ne s'apitoie jamais sur son sort. Malgré une adolescence difficile, elle finit par relever la tête et réaliser ses rêves les plus fous.

 

        Apprendre la langue des signes a été comme une rennaissance pour Emmanuelle. Elle a ainsi pu découvrir le monde et partager avec les autres. La langue des signes n'était pas bien perçue à l'époque, Emmanuelle se débat alors tant que possible pour faire de sa langue, une langue à part entière. 

 

        L'auteur arrive à nous convaincre qu'il existe une réelle culture sourde et qu'il ne sert à rien  de s'acharner sur les personnes atteintes de surdité pour leur faire prononcer un mot ou de les torturer physiquement avec des appareils qui leur permettraient d'entendre quelques sons... ou plutôt de ressentir des ondes stridentes et désagréables.

 

        Emmanuelle nous fait aussi part de l'importance d'informer les sourds. Les discours politiques sont sous-titrés pour Noël mais ce n'est pas à Noël que l'on vote ! Et les campagnes contre le sida ne sont accessibles que par les entendants...  : "Il existe trois millions et demi de sourds, qui non seulement sont appelés à voter comme tout le monde, mais aussi à faire l'amour et des enfants, comme tout le monde ; ils ont le droit d'être informés, comme tout le monde."

 

"J'ai découvert récemment le célèbre questionnaire de Proust. Aux deux dernières questions : votre devise préférée? Le don de la nature que vous aimeriez avoir ? J'ai répondu : Profiter de la vie ; le don, je l'ai déjà, je suis sourde."

 

"Je vois comme je pourrais entendre.

Mes yeux sont mes oreilles.

J'écris comme je peux signer.

Mes mains sont bilingues.

Je vous offre ma différence.

Mon coeur n'est sourd de rien en ce double monde."

 


 

 

       C'est grâce aux exposés de mes camarades en cours d'anthropologie du handicap que j'ai pu découvrir cet ouvrage...

 

Merci à elles ! ;-)

Écrire commentaire

Commentaires : 3
  • #1

    margauxbutruille (jeudi, 12 mai 2011 15:27)

    J'ai lu et relu ce livre plusieurs fois.
    Emmanuelle Laborit nous livre une véritable leçon de courage !
    J'ai beaucoup aimé ce livre, et la description que tu en fais est très bien !
    En tout cas je le conseille vivement à celles et ceux qui ne l'auraient pas lu !

  • #2

    1-2-3-enfants (samedi, 21 mai 2011 17:09)

    Ce livre est juste exceptionnel : il témoigne avec des mots simples mais justes du monde de la surdité. Il est très révélateur du monde d'aujourd'hui, qui ne tient pas toujours compte de la différence. A lire et à relire ...

  • #3

    Bratr (mardi, 10 juillet 2012 17:21)

    Great info, thanks

Dis-moi combien tu m'aimes !
S'abonner à alimorot sur Twitter