L'histoire d'Aymeric : une lueur d'espoir pour les enfants autistes...

        Mardi 29 mars, France 5 nous présentait un reportage très enrichissant sur l’autisme et des méthodes d’apprentissages prometteuses...

        Aymeric a été diagnostiqué autiste à l’âge de 3 ans et demi. Les professionnels laissaient peu d’espoir à ses parents. Lydie et Marc se sont malgré tout démenés tant bien que mal pour offrir à leur enfant les meilleures chances de réussite pour qu'il puisse peu à peu entreprendre une vie d'enfant ordinaire.

 

        Les thérapies comportementales importées des Etats-Unis et du Canada sont rarement proposées en France, et c’est pourtant celles-ci que les parents d’Aymeric ont souhaité expérimenter. Ces méthodes sont très peu utilisées en France notamment parce qu'on est très attaché à la psychanalyse… elles sont pourtant très prometteuses, et donnent des résultats positifs indéniables. Par ailleurs, ces thérapies sont souvent peu connues et assimilées à du dressage. Si cela fonctionne, pourquoi ne pas tenter le coup ? Les thérapies comme ABA consistent par exemple en des stimulations précoces et intensives chez l’enfant autiste. Dans le documentaire, les éducatrices nous montrent comment motiver l’enfant par ce qu’il aime (renforcement) ainsi que par l'encouragement verbal. Progressivement, on ne donne plus que l’encouragement verbal.

 

        Aymeric est maintenant en CM1, il sait lire et écrire et a trouvé sa place dans une école ordinaire, accompagné par une AVS. Il nous montre sa joie de vivre et revient même sur les épisodes de ses premiers pas avec son papa…

 

        Tout au long de ce reportage, j’ai pu faire des rapprochements avec mes cours de sciences de l’éducation : "anthropologie du handicap" (implication des parents et bouleversement d’une vie de famille, deuil de l'enfant rêvé, scolarisation, regard des autres, manque de formation des professionnels,…), "culture professionnelle" ou encore "approche interdisciplinaire des apprentissages" (méthodes comportementales).

 

       Nous avons encore du travail en France : les structures manquent ainsi que les aides matérielles et humaines. La maman d’Aymeric fait d’ailleurs une remarque que je trouve pertinente : les AVS coûtent trop cher à l’État mais il s’avère qu’une journée en hôpital de jour pour un enfant autiste lui coûte le montant du salaire d’un AVS pour un mois…

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0
Dis-moi combien tu m'aimes !
S'abonner à alimorot sur Twitter